Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

  • : Prune Victor
  • Prune Victor
  • : P.S. PRUNE est le blog de Prune Victor. Insolent, licencieux, torturé, amoureux, tendre, colérique, décapant, corrosif et en ligne(s)
  • Contact

VENTS CONTRAIRES.NET

 

Et les textes chez Vents Contraires, la revue collaborative du Théatre du Rond Point

images-1

Recherche

ANGOISSE ...

Par un coeur que la dent d'aucun crime ne blesse, 
Je fuis, pâle, défait, hanté par mon linceul, 
Ayant peur de mourir lorsque je couche seul.

Mallarmé


Notre devoir n'est pas de nous débarrasser du fou, mais de débarrasser le fou de sa folie. 

Si nous commencions ? 

Albert LONDRES

Chez les fous

(ed. Arléa)

27 mai 2012 7 27 /05 /mai /2012 14:17

De mélodies en comptines 

Comme les roses sans épine, 

Vous nous rendez la vie plus belle

Boîtes à musique, à ritournelle.

C'est votre fête aujourd'hui

Qui justifie ce petit merci. 

 

 

 

BOITAMUSIK.jpg

Repost 0
Published by Prune Victor - dans COMPLIMENTS
commenter cet article
19 mai 2012 6 19 /05 /mai /2012 17:13

 

Repost 0
Published by Prune Victor - dans MUSICALEMENT VOTRE
commenter cet article
6 mars 2012 2 06 /03 /mars /2012 10:39

(...) Même teint fruité. Cheveux de châtaigne fraîche. Regard pralin. Même bouche en coeur-de-pigeon. Epaules comme des plages, nues, blanches, lisses, émergeant d'un flot prune. Autour du cou, le piège à anges. La goutte d'une perle et d'une plume rousse piquées sur un ruban comme une mouche de pêche. Hameçon dangereux pour ange fragile et petit boss au coeur bossu.

J'ai pensé fort. Trop. Il me semble avoir entendu un froissement de plumes derrière mon dos. Ciliegia tourne la tête, m'enrobe de ses yeux d'amande.

Grillé. Troublé. Le Moineau pique du bec dans son carnet poussin. Soupir; Plus bougé. Bleu. Hublot. (...)

 

Frédéric Clément

(ed. Le Castor Astral - Collection Curiosa & Caetera)

 

url-2-copie-1.jpg

 

 

A lire aussi, de Frédéric Clément : 

 " GRAINS DE BEAUTÉS et autres minuties d'un collectionneur de mouches " ( Roman ) aux Editions Actes Sud.

" BEL ŒIL , confessions argentiques d'un gardien de phare " ( roman photo-illustré) aux Éditions Albin Michel 

Repost 0
Published by Prune Victor - dans REGARDS SUR ...
commenter cet article
29 février 2012 3 29 /02 /février /2012 08:49

 

 Il n'en revenait pas : c'était bien tous ses numéros qui étaient tombés au dernier tirage du Loto... tous.

Et cela faisait maintenant deux semaines qu'il avait arrêté de jouer.

C’est ce qui s’appelle ne pas avoir de bol.

Vingt-cinq ans de loto pour en arriver là. Il n’avait jamais calculé la somme exacte engagée au cours de ses nombreux paris, et le montant pharaonique (gagné par un autre) qui se dessinait sous ses yeux aurait pu le rendre malade.

 

Ce fut tout le contraire. Il se mit à rire. A rire vraiment. A gorge déployée. A en faire sursauter ce petit grand-père qui était venu boire son thé au lait. A faire se relever des têtes encore endormies, lourdes de la fatigue d’un week-end trop court ou trop rempli. A faire se dérégler la machine à café, si elle avait eu une once de sensibilité.

Du rire, l’on passe facilement au fou-rire, plus difficile à contrôler, plus difficile à stopper. On se tient les côtes, on rougit et l‘on en pleure. On cherche à se calmer, on ne le peut pas. C’est irrépressible et plus fort que soi. Et l’on finit par se donner en spectacle, distrayant pour les uns, désolant pour d’autres.

 

C’est exactement ce qui lui arrivait. Peu à peu, les clients se tournèrent vers lui, intrigués, gênés, pour certains presque offusqués de  voir un homme se comporter ainsi. Qu’y avait-il de si drôle, pour ne pas pouvoir refreiner ce gloussement permanent ?

L’un dit, entre haut et bas « Il a peut-être gagné. » Il le dit suffisamment haut cependant pour être entendu. Et le fou-rire redoubla.

Une autre plus loin articula haut et fort qu’elle était dérangée par le bruit. Qu’il fallait le calmer, il passait pour un fou ou un ivrogne, un insensé c’était certain.

Un autre encore le regardait en souriant, nostalgique de ses propres rires, envieux d’une chance qu’il imaginait.

 Le patron du café, devenu un ami au fil des années, finit par passer de l’autre côté du comptoir pour venir le voir.

Allons, allons, calme toi…

(Entre deux éclats de rire) …désolé, je ne peux pas …

Sors, va prendre l’air. Je te paye ton café. Reviens quand tu seras calmé. Tu sais j’t’aime bien, c’est pas contre toi, mais là tu déranges la clientèle…

(Toujours riant) Oui, je sais, ‘xcuse-moi, j’reviens.

Tu me diras pourquoi ?

Pourquoi quoi ?

Pourquoi tu ris, comme ça ?

Oh, t’inquiète pas. C’est rien.

 

Et il sortit.

Ouais, il n’avait pas de bol. Il n’en avait jamais eu. C’était comme ça. Y’a ceux qui naissent vernis. Ils marchent dans la merde, c’est toujours du bon pied. Ils passent sous l’échelle, le pot tombe à côté. Et puis, y’a les autres. Lui, il faisait partie de la catégorie des autres. Ceux qui prennent la mauvaise file au péage. Ceux qui arrivent quand tout est fini. Ceux qui ne sont jamais là où il faut, quand il faut. Ceux qu’on oublie si vite qu’on ne peut pas dire si un jour ils ont vraiment été là.

 

Il avait arrêté de jouer au loto, deux semaines avant.  Juste après avoir eu ses résultats. Restait à connaître la dead line. Elle était tombée hier.

 

Il était condamné. Tumeurs trop avancées, mort à suivre.

Le rendez-vous avec la faucheuse était pour bientôt. Pas de date exacte. Elle serait sans doute en avance.

 

Alors le loto, ouais, c’était un peu sa vie … De toute façon, il avait toujours tiré le mauvais numéro.

 

975_001.jpg

Repost 0
Published by Prune Victor - dans SHORT STORIES
commenter cet article
14 février 2012 2 14 /02 /février /2012 10:18

Sourire au passé,

Ignorer l'angle mort

Et franchir l'horizon.

 

 

14-famous-kisses-eliott-erwitt-233151-530-351.jpg

 

 

 

Repost 0
Published by Prune Victor - dans REGARDS SUR ...
commenter cet article
13 février 2012 1 13 /02 /février /2012 16:07

url-10-copie-2.jpg
Ahhh..Je voudrais être un fauteuil,
dans un salon de coiffure pour dames
pour que les fesses des belles âmes
s'écrasent contre mon orgueil.

J'aimerais être un parfum,
juste pour me faire sentir
et sur votre corps m'évanouir,
comme une goutte entre deux seins.
(...)

J'aimerais être un peigne
et caresser vos mèches
être dans une main fraîche,
dont la moiteur me baigne.
(...)

J'aimerais être une ceinture
et serrer votre taille
pour ne perdre aucun détail
de l'étrange cambrure.

 

Repost 0
Published by Prune Victor - dans MUSICALEMENT VOTRE
commenter cet article
13 février 2012 1 13 /02 /février /2012 09:14

 

url-14.jpg

 

Trois petites notes de musique

Taillées en diamant

Suivent leurs propres sillons

Et atteignent le coeur.

 

 

 

 


Repost 0
Published by Prune Victor - dans MUSICALEMENT VOTRE
commenter cet article
12 février 2012 7 12 /02 /février /2012 14:33

 


 
Repost 0
Published by Prune Victor - dans MUSICALEMENT VOTRE
commenter cet article
12 février 2012 7 12 /02 /février /2012 14:12

 

eyes-ldhagwyrv-229510-500-352.jpg

 

C'est notre grande maladie de parler pour ne rien voir.

 


René Daumal

Poésie noire et poésie blanche (1954)

Repost 0
Published by Prune Victor - dans REGARDS SUR ...
commenter cet article
12 février 2012 7 12 /02 /février /2012 10:47

 

 


 
 

 

 

Repost 0
Published by Prune Victor - dans MUSICALEMENT VOTRE
commenter cet article