Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : Prune Victor
  • Prune Victor
  • : P.S. PRUNE est le blog de Prune Victor. Insolent, licencieux, torturé, amoureux, tendre, colérique, décapant, corrosif et en ligne(s)
  • Contact

VENTS CONTRAIRES.NET

 

Et les textes chez Vents Contraires, la revue collaborative du Théatre du Rond Point

images-1

Recherche

ANGOISSE ...

Par un coeur que la dent d'aucun crime ne blesse, 
Je fuis, pâle, défait, hanté par mon linceul, 
Ayant peur de mourir lorsque je couche seul.

Mallarmé


Notre devoir n'est pas de nous débarrasser du fou, mais de débarrasser le fou de sa folie. 

Si nous commencions ? 

Albert LONDRES

Chez les fous

(ed. Arléa)

29 mai 2011 7 29 /05 /mai /2011 09:15

Tremble et regarde, fixe, observe le fléau, détaille s’élevant, ce glaive majestueux, oscillant, balançant, hésitant, bras armé, justicier, de quel côté va-t-il pencher, à quel moment peut-il s’arrêter, te faisant fléchir et t’accroupir et retourner au fond de toi jusque dans ton âme, jusque dans les leurs, les leurs infâmes de ne pas avoir été connues et agonisantes elles reviennent encore, bavant le venin qu’elles ne peuvent plus cracher, poison nourrissant leurs veines et laissant s’échapper une haleine putride.

 

Tremble et regarde le bourreau, son bras levé, son bras ferré, immobile suspendu aveuglé de justice mais qu’est-elle la justice la sienne que peut-elle décider stopper le temps le relancer, le fléau devient trotteuse, aiguille, balancier, métronome d’instantané ou d’éternité.

 

Tremble et regarde tes jurés jugés juchés sur leur piètre volonté, rassurés d’être plusieurs mais faibles quand si seuls si abandonnés c’est la voix de la foule qui a parlé, la foule c’est pas l’humanité l’humanité perdue, l’humanité vertu tuée, elle s’est lavée les mains, et poncé ce qu’elle appelait cœur, ce qu’elle avait d’humain.

 

Tremble et regarde et ne pleure pas sur eux, ne pleure pas réjouis-toi contre ces procureurs, ils n’ont que la peur et la peignent en noir, en plus profond que le noir, plus absorbant  et s’y  étourdissant, s’effrayant eux-mêmes, corbeaux déplumés, désespérés, carnassiers édentés, charognards et charognes mêlés.

 

Tremble et regarde ta fierté renaître, ressusciter, éprouvée, abîmée, écrasée sous le poids de leur médiocrité, de leurs vaines paroles de Babel injustement, aveuglement jetées, nourris non ta haine ou ton mépris ils ne le méritent pas, nourris ton oubli et ton indifférence.

 

Et tremble de ne plus trembler, quand le dernier jugement sera annoncé, quand sous les portes tu devras passer et quand la sentence va tomber, quand tes épaules devront se courber, que l’attente te fera suffoquer et qu’au milieu de tous seront dits, étalés, tes plus modestes péchés.

 

Toi aussi, ne serais-tu pas pêcheur ?

Partager cet article

Repost 0
Published by Prune ...etc... - dans SHORT STORIES
commenter cet article

commentaires

marc bonnet 29/05/2011 12:00


Merci et pour vous aussi