Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

  • : Prune Victor
  • Prune Victor
  • : P.S. PRUNE est le blog de Prune Victor. Insolent, licencieux, torturé, amoureux, tendre, colérique, décapant, corrosif et en ligne(s)
  • Contact

VENTS CONTRAIRES.NET

 

Et les textes chez Vents Contraires, la revue collaborative du Théatre du Rond Point

images-1

Recherche

ANGOISSE ...

Par un coeur que la dent d'aucun crime ne blesse, 
Je fuis, pâle, défait, hanté par mon linceul, 
Ayant peur de mourir lorsque je couche seul.

Mallarmé


Notre devoir n'est pas de nous débarrasser du fou, mais de débarrasser le fou de sa folie. 

Si nous commencions ? 

Albert LONDRES

Chez les fous

(ed. Arléa)

/ / /

 

Ich weiß nicht, was soll es bedeuten 
Daß ich so traurig bin; 
Ein Märchen aus alten Zeiten 
Das kommt mir nicht aus dem Sinn. 
 
Die Luft ist kühl und es dunkelt, 
Und ruhig fließt der Rhein; 
Der Gipfel des Berges funkelt 
Im Abendsonnenschein. 
 
Die schönste Jungfrau sitzet 
Dort oben wunderbar, 
Ihr gold'nes Geschmeide blitzet 
Sie kämmt ihr gold'nes Haar. 
 
Sie kämmt es mit gold'nem Kamme 
Und singt ein Lied dabei; 
Das hat eine wundersame 
Gewaltige Melodei. 
 
 
Den Schiffer im kleinen Schiffe 
ergreift es mit wildem Weh, 
Er schaut nicht die Felsenriffe, 
Er schaut nur hinauf in die Höh'. 
 
Ich glaube, die Wellen verschlingen 
Am Ende Schiffer und Kahn; 
Und das hat mit ihrem Singen 

Die Lorelei getan.

 

Heinrich HEINE

 

 

 

 

 

Je suis en proie à la tristesse. 
D’où cela vient-il? Je ne sais.
De ce conte du temps passé
Qui hante mon âme sans cesse?
 
C’est le soir, la brise est légère.
On voit couler, calme, le Rhin
Et luire le haut du ravin
Où le soleil se réverbère.
 
Mais, la vierge qui est assise
Là-haut est plus splendide encor,
Elle peigne ses cheveux d’or
Tandis que sa parure irise.
 
D’un peigne d’or elle caresse
Ses blonds cheveux, tout en chantant;
Ah, qu’il est étrange son chant !
Que sa mélodie est traîtresse !
 
 
Le marin dans sa frêle barge
Subit ce charme impérieux,
Délaissant les brisants, ses yeux
Fixent le sommet de l’alpage.
 
Les eaux, je crois, se refermèrent
Sur barque et marin à la fois.
Et voilà donc ce que peut faire

La Lorelei avec sa voix !

 

 

 

2921546891_1_9.jpg

The Fisherman and the Syren

Sir Frederic Leighton

Partager cette page

Repost 0
Published by