Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

  • : Prune Victor
  • Prune Victor
  • : P.S. PRUNE est le blog de Prune Victor. Insolent, licencieux, torturé, amoureux, tendre, colérique, décapant, corrosif et en ligne(s)
  • Contact

VENTS CONTRAIRES.NET

 

Et les textes chez Vents Contraires, la revue collaborative du Théatre du Rond Point

images-1

Recherche

ANGOISSE ...

Par un coeur que la dent d'aucun crime ne blesse, 
Je fuis, pâle, défait, hanté par mon linceul, 
Ayant peur de mourir lorsque je couche seul.

Mallarmé


Notre devoir n'est pas de nous débarrasser du fou, mais de débarrasser le fou de sa folie. 

Si nous commencions ? 

Albert LONDRES

Chez les fous

(ed. Arléa)

/ / /

PETRUCHIO.-Allons, avancez, au nom de Dieu : encore un coup, à la maison de notre père.-Grand Dieu ! que la lune est belle et claire !
CATHERINE.-La lune ! c'est le soleil : il n'y a pas de clair de lune à présent.
PETRUCHIO.-Je dis que c'est la lune qui brille ainsi.
CATHERINE.-Et moi, je sais bien que c'est le soleil qui brille à présent.
PETRUCHIO.-Oh ! par le fils de ma mère (et ce fils, c'est moi-même), ce sera la lune, ou une étoile, ou tout ce que je voudrai, avant que je continue ma route vers la maison de votre père.-Allez, et faites retourner nos chevaux.-Toujours contrarié, contrarié ! jamais que des contradictions !
HORTENSIO.-Dites comme lui, ou nous n'arriverons jamais.
CATHERINE.-Je vous en prie, puisque nous sommes venus si loin, continuons, et que ce soit la lune, ou le soleil, ou tout ce qu'il vous plaira. Et, s'il vous plaît de dire que c'est une chandelle de veille, je vous jure que désormais c'en sera une pour moi.
PETRUCHIO.-Je dis que c'est la lune.
CATHERINE.-Je le sais bien, que c'est la lune.
PETRUCHIO.-Allons, vous mentez : c'est le bienfaisant soleil.
CATHERINE.-Eh bien ! Dieu soit béni ; c'est le bienfaisant soleil : mais ce n'est plus le soleil, dès que vous dites que ce n'est pas le soleil ; et la lune change au gré de votre idée. Ce sera telle chose que vous voudrez la nommer, et ce sera toujours la même chose pour Catherine que pour vous.

 


La mégère apprivoisée

Acte IV, scène 5

William SHAKESPEARE

 

 

soleil-lune.jpg

Partager cette page

Repost 0
Published by