Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

  • : Prune Victor
  • Prune Victor
  • : P.S. PRUNE est le blog de Prune Victor. Insolent, licencieux, torturé, amoureux, tendre, colérique, décapant, corrosif et en ligne(s)
  • Contact

VENTS CONTRAIRES.NET

 

Et les textes chez Vents Contraires, la revue collaborative du Théatre du Rond Point

images-1

Recherche

ANGOISSE ...

Par un coeur que la dent d'aucun crime ne blesse, 
Je fuis, pâle, défait, hanté par mon linceul, 
Ayant peur de mourir lorsque je couche seul.

Mallarmé


Notre devoir n'est pas de nous débarrasser du fou, mais de débarrasser le fou de sa folie. 

Si nous commencions ? 

Albert LONDRES

Chez les fous

(ed. Arléa)

/ / /

JEAN, l’interrompant. — Vous êtes dans un triste état, mon ami.
BERENGER. — Dans un triste état, vous trouvez ?
JEAN. — Je ne suis pas aveugle. Vous tombez de fatigue, vous avez encore perdu la nuit, vous bâillez, vous êtes mort de sommeil…
BERENGER. — J’ai un peu mal aux cheveux…
JEAN. — Vous puez l’alcool !
BERENGER. — J’ai un petit peu la gueule de bois, c’est vrai !
JEAN. — Tous les dimanches matin, c’est pareil, sans compter les jours de la semaine.
BERENGER. — Ah non, en semaine c’est moins fréquent, à cause du bureau…
JEAN. — Et votre cravate, où est-elle ? Vous l’avez perdue dans vos ébats !
BERENGER, mettant la main à son cou. — Tiens, c’est vrai, c’est drôle, qu’est-ce que j’ai bien pu en faire ?
JEAN, sortant une cravate de la poche de son veston. — Tenez, mettez celle-ci.
BERENGER. — Oh, merci, vous êtes bien obligeant. (il noue la cravate à son cou.)
JEAN, pendant que Bérenger noue sa cravate au petit bonheur. — Vous êtes tout décoiffé ! (Bérenger passe les doigts dans ses cheveux.) Tenez, voici un peigne ! (Il sort un peigne de l’autre poche de son veston.)
BERENGER, prenant le peigne. — Merci. (Il se peigne vaguement.)
JEAN. — Vous ne vous êtes pas rasé ! Regardez la tête que vous avez. (Il sort une petite glace de la poche intérieure de son veston, la tend à Bérenger qui s’y examine ; en se regardant dans la glace, il tire la langue.)
BERENGER. — J’ai la langue bien chargée.
JEAN, reprenant la glace et la remettant dans sa poche. — Ce n’est pas étonnant !… (Il reprend aussi le peigne que lui tend Bérenger, et le remet dans sa poche.) La cirrhose1 vous menace, mon ami.
BERENGER, inquiet. — Vous croyez ?…
JEAN, à Bérenger qui veut lui rendre la cravate. — Gardez la cravate, j’en ai en réserve.
BERENGER, admiratif. — Vous êtes soigneux, vous.
JEAN, continuant d’inspecter Bérenger. — Vos vêtements sont tout chiffonnés, c’est lamentable, votre chemise est d’une saleté repoussante, vos souliers… (Bérenger essaye de cacher ses pieds sous la table.) Vos souliers ne sont pas cirés… Quel désordre !… Vos épaules…
BERENGER. —Qu’est-ce qu’elles ont, mes épaules ?…
JEAN. — Tournez-vous. Allez, tournez-vous. Vous vous êtes appuyé contre un mur… (Bérenger étend mollement sa main vers Jean.) Non, je n’ai pas de brosse sur moi, cela gonflerait les poches. (Toujours mollement, Bérenger donne des tapes sur ses épaules pour en faire sortir la poussière blanche ; Jean écarte la tête.) Oh là là… Où donc avez-vous pris cela ?
BERENGER. — Je ne m’en souviens pas.
JEAN. — C’est lamentable, lamentable ! J’ai honte d’être votre ami.
BERENGER. — Vous êtes bien sévère…

 

Eugène IONESCO

 

 

url-11.jpg

 

 

DÛRER

Partager cette page

Repost 0
Published by