Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

  • : Prune Victor
  • Prune Victor
  • : P.S. PRUNE est le blog de Prune Victor. Insolent, licencieux, torturé, amoureux, tendre, colérique, décapant, corrosif et en ligne(s)
  • Contact

VENTS CONTRAIRES.NET

 

Et les textes chez Vents Contraires, la revue collaborative du Théatre du Rond Point

images-1

Recherche

ANGOISSE ...

Par un coeur que la dent d'aucun crime ne blesse, 
Je fuis, pâle, défait, hanté par mon linceul, 
Ayant peur de mourir lorsque je couche seul.

Mallarmé


Notre devoir n'est pas de nous débarrasser du fou, mais de débarrasser le fou de sa folie. 

Si nous commencions ? 

Albert LONDRES

Chez les fous

(ed. Arléa)

/ / /

Combien de fois l'as-tu dit ? Ne la secouez pas, on l'a déjà assez fait avant... Combien de fois as-tu mis ta main sur mon visage, et j'appuie alors ma joue contre ta paume, et je vais mieux ? Si souvent que je ne peux pas les compter.

Cent fois sur le métier remets ton ouvrage... Cent fois ou presque que j'écris et réécris ce buvard, cherchant les mots, hésitant, effaçant, les trouvant lourds, ampoulés, froids, redoutant que tu ne les comprennes pas, que tu ne me comprennes pas. Tu dis que j'écris bien... Pas toujours apparemment. Avant-hier matin, je n'avais plus les mots pour parler, simplement pour dire "je m'en vais". Ce n'est pas un "je m'en vais de nous". Pas du tout ! Ce n'est pas un "adieu", ce n'est pas un "je m'en vais de notre histoire". C'était un "je vais dormir, je ne tiens plus du tout... Je vais craquer". Mal dit, blessant ou incompréhensible ; je ne sais pas. C'était simplement un "je ne serai pas là, mais j'y serai tellement... sauf que mon physique fout le camp. Je ne veux pas que tu me vois comme ça."

 

Dans quelques jours à peine, ou quelques jours de trop, je pourrai remettre mon visage dans ta main. Je serai reposée. Apaisée aussi. Je veux du calme, j'en ai besoin. Pouvoir te regarder. Te parler. Etre avec toi. AVEC toi. 

Comme je le suis depuis que je te connais. 

 

Je n'ai pas choisi le moment de mon épuisement. Il est arrivé. Et je me suis écoutée, pour mieux nous écouter encore et longtemps. Mes mots n'allaient pas mais mon coeur est contre le tien. Tout le temps. 

Je t'aime. 

Partager cette page

Repost 0
Published by