Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

  • : Prune Victor
  • Prune Victor
  • : P.S. PRUNE est le blog de Prune Victor. Insolent, licencieux, torturé, amoureux, tendre, colérique, décapant, corrosif et en ligne(s)
  • Contact

VENTS CONTRAIRES.NET

 

Et les textes chez Vents Contraires, la revue collaborative du Théatre du Rond Point

images-1

Recherche

ANGOISSE ...

Par un coeur que la dent d'aucun crime ne blesse, 
Je fuis, pâle, défait, hanté par mon linceul, 
Ayant peur de mourir lorsque je couche seul.

Mallarmé


Notre devoir n'est pas de nous débarrasser du fou, mais de débarrasser le fou de sa folie. 

Si nous commencions ? 

Albert LONDRES

Chez les fous

(ed. Arléa)

/ / /

Je ne quitterai pas ma place. Ni pour cette femme enceinte, qui n’aurait jamais du décider d’attendre un enfant – dans quel monde va t’elle le faire naître? – ni pour cette petite vieille qui tient serré contre elle un sac à main au cuir élimé. Ce n’est plus de votre âge de voyager, reposez-vous, ou mourez si vous n’avez plus envie de vous reposer. Que peut vous apporter un nouveau voyage? Si c’est voir vos enfants, c’est à eux, les ingrats, de venir vous voir. Si c’est découvrir un pays…Que ferez vous de cette découverte, à qui la raconterez-vous?

Les vieux ont l’égoïsme limité à la puissance de leur portefeuille. Ils n’agissent que pour eux, contraints par une retraite qui n’en a plus que le nom. Ruinés avant de mourir, épuisés au boulot avant de vieillir, les vieux d’aujourd’hui vivent sans espoir, sans succès, sans folie. Sans doute ont-ils raison. Alors, que veut cette vieille? Peut-être mon fauteuil, mais dommage…Je le garde.

 

Quatre heures de retard. Il semblerait que l’ensemble du traffic aérien souffre de dérèglements importants. Aucune information supplémentaire.

Les rumeurs d’attentats commencent à courir. Oyez oyez braves gens, grande nouvelle, vous risquez de mourir…Savez-vous qu’en montant dans votre avion, vous preniez le même risque? N’écoutez-vous donc jamais les informations? Les accidents d’avion sont peut-être peu nombreux. Mais réels. Et eux n’épargnent pas.

La jeune femme assise en face de moi a usé sa batterie de portable, elle le regarde désespérement, le frottant contre son jean, attendant sans doute qu’un génie en sorte. Quelle triste société que celle qui nous oblige à la communication permanente. Éloignez-vous un peu, respirez, regardez autour de vous.

Le virtuel a battu le réel, et sans votre téléphone, vous n’êtes rien. Plus d’appels, plus de messages…Pense-t’il à vous? Que font ces gens qui se disent vos amis, alors que vous êtes là, Mademoiselle, à attendre? Ne voyez-vous pas comme votre vie est vide, vous qui l’imaginez si remplie? Vous êtes creuse, Mademoiselle, creuse comme ces adeptes de l’écran qui se couchent ravis de tous leurs échanges. Qu’échangent-ils? Un peu de rien contre beaucoup de vide. 

 

 

©P.V.

Partager cette page

Repost 0
Published by