Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

  • : Prune Victor
  • Prune Victor
  • : P.S. PRUNE est le blog de Prune Victor. Insolent, licencieux, torturé, amoureux, tendre, colérique, décapant, corrosif et en ligne(s)
  • Contact

VENTS CONTRAIRES.NET

 

Et les textes chez Vents Contraires, la revue collaborative du Théatre du Rond Point

images-1

Recherche

ANGOISSE ...

Par un coeur que la dent d'aucun crime ne blesse, 
Je fuis, pâle, défait, hanté par mon linceul, 
Ayant peur de mourir lorsque je couche seul.

Mallarmé


Notre devoir n'est pas de nous débarrasser du fou, mais de débarrasser le fou de sa folie. 

Si nous commencions ? 

Albert LONDRES

Chez les fous

(ed. Arléa)

27 mai 2012 7 27 /05 /mai /2012 14:17

De mélodies en comptines 

Comme les roses sans épine, 

Vous nous rendez la vie plus belle

Boîtes à musique, à ritournelle.

C'est votre fête aujourd'hui

Qui justifie ce petit merci. 

 

 

 

BOITAMUSIK.jpg

Repost 0
Published by Prune Victor - dans COMPLIMENTS
commenter cet article
7 décembre 2011 3 07 /12 /décembre /2011 08:30

Il n’aime pas qu’on parle de lui. Il ne s’inquiète pas de savoir ce qu’il se dit. Il s’en moque. Il n’aime pas ça. Parce qu’il ne comprend pas pourquoi.

Parle-t-on des coquilles de noix quand elles sont vides ? L’on joue avec, enfant. Et puis on les oublie.

C’est comme ça qu’il se voit, comme une coquille de noix. Cassée. Vide et cassée. Cherchez pas à lui dire le contraire, il ne vous écoutera pas. J’ai essayé, je n’y suis pas arrivé. Il attrape pas les mots, il les regarde passer. Il veut pas que ça lui soit destiné. Les compliments, c’est ses cafards. Ca le dégoûte et ça l’obsède. Dans la cuisine on peut les écraser. Dans un cerveau, ils se posent, ils vont se cacher, quand on les attend plus ils reviennent se montrer. Regarde, regarde comme t’es… Les compliments c’est son cauchemar, il accepte pas d’en mériter. Qu’on puisse l’aimer ça le fait chier. Pour être aimé faut s’apprécier. Son cours était en chute libre. C’est la crise mon bon monsieur, passez votre chemin je suis ruiné. Ruiné de sentiments piétinés. Un matin t’essayes encore de les compter. Au Boursorama du cœur, t’as perdu, t’es exclu, t’as plus un battement à distribuer.

 

C’est pas un jeu.

Ou c’est game over.

 

384947_1671882893429_1728107977_843493_1951160874_n.jpg

©Gulliver Theis

Repost 0
Published by Prune Victor - dans COMPLIMENTS
commenter cet article